Ouest-France

Morlaix. Kerrian Giammattei nous invite dans sa bulle

  • Membre du club BD de Landivisiau, Kerrian, 13 ans, a déjà reçu un prix du scénario à Angoulême. Membre du club BD de Landivisiau, Kerrian, 13 ans, a déjà reçu un prix du scénario à Angoulême. | Photo : Ouest-France

Le rêve est devenu réalité. Plusieurs fois récompensé au festival d’Angoulême, le Morlaisien de 13 ans vient de publier une bande dessinée, Jacky Flemmard, tome I : Vie de rêve.

Non, ce n’est pas ce que l’on pourrait croire en lisant la couverture colorée de sa bande dessinée, Jacky Flemmard. Kerrian Giammattei est un ado actif et appliqué.

Sur le dessin, un hurluberlu de 14 ans, à la chevelure sauvage, l’air nonchalant, pas bien futé, et un peu paresseux.

Mais, en parcourant les pages, on découvre que le héros va vivre des histoires pas si banales : occupé à dormir, il lui arrive aussi de réfléchir et de se mettre en mouvement. Le personnage découvre qu’il a deux pères, mais cela ne semble pas plus le perturber que ça.

Couverture cartonnée

Une feuille blanche, des crayons et beaucoup d’imagination : parfois, le bonheur est aussi simple que cela. Kerrian, tout juste 13 ans, a une passion dont il espère faire sa profession.

Doué d’un bel imaginaire, il vient de publier sa première bande dessinée chez Yil, une maison d’édition installée à Plonévez-Porzay, près de Douarnenez. Et réalise ainsi son rêve, faire une BD de 52 pages couleur, avec une couverture cartonnée, en un peu moins de trois mois. « J’ai créé Jacky Flemmard un jour d’éclipse à l’école. Comme il faisait nuit, il estimait que ce n’était pas la peine d’aller à l’école. »

« Je n’aime pas la piscine »

Le personnage est campé. Kerrian, qui a alors dix ans, imagine d’abord une première longue histoire puis, plus tard, fait vivre à son héros plusieurs aventures. Ce sont ces dernières qui seront reprises dans la première BD, intitulée Jacky Flemmard, tome I : Vie de rêve.

Ses inspirations sont diverses. Son quotidien - « Par exemple, je n’aime pas la piscine, cela m’a donné une idée ». Mais aussi les auteurs comme Philippe Larbier pour Les petits mythos, ou Bruno Dequier pour son héros fort maladroit nommé Louca. Des personnages comme il les aime.

Tout petit, Kerrian griffonnait déjà. « Il tenait à peine debout sur ses jambes qu’il voulait dessiner sur le tableau de son frère », sourit Eric, son père. Aujourd’hui, le jeune dessinateur maîtrise l’aquarelle pour relever ses dessins.

À Angoulême

Membre du club BD de Landivisiau, Kerrian a déjà reçu plusieurs récompenses ainsi que le prix du scénario pour sa planche Bien vu Monsieur Darwin.

Fin janvier, il se rendra au festival BD d’Angoulême, principal festival de bande dessinée francophone. En allant chercher son fauve d’or pour Petit bonhomme de papier, il emportera Jacky Flemmard, sa bande dessinée. « On ne sait jamais ! »

Jacky Flemmard, tome I : Vie de rêve, éditée chez Yil. 52 pages ; 15 €. À commander sur kerrian.canalblog.com